Biscuit chinois

Les rites de passages d'une canadienne à la culture asiatique

Les deux coups de coeur du weekend

Image

Impossible de rester sagement à la maison durant la longue fin de semaine de mai. La belle température a guidé mes pas à plus de soixante minutes de Montréal, en Montérégie, dans une grande pépinière spécialisée dans les bonzaïs.  Comment résister à ces deux ravissantes azalées? Les érables en bonzaïs avec leurs feuilles minuscules étaient également très joli! En revanche, leurs soins semblaient un peu plus compliqués puisque le feuillage de ces espèces est plus fragile.

Revenons un peu à nos deux élus: le pot en premier plan en vert pâle est agé d’environ 5 ans. Derrière, le plus petit et le plus toufu a environ 2 ans et compte au moins 5 boutons qui produiront très bientôt de belles fleurs d’un rose vif.  Ce dernier est tellement fourni qu’il est difficile de bien voir les boutons de fleurs à éclore à travers le feuillage.

Carré mystère

Carré de Rice Krispies en mode asiatique

Carré de Rice Krispies en mode asiatique

 

Mon exploration dans le Chinatown en novembre dernier m’a fait découvrir Harmonie, une boulangerie et pâtisserie asiatique très achalandée sur la rue Gauchetière. Ce petit dessert est l’un des nombreux petits délices que j’y ai acheté. Il n’y avait pas de nom sur l’emballage, et je me demande si ce n’est pas une adaptation asiatique de la version américaine d’un carré de Rice Krispies… Peut-être est-ce complètement une autre merveille puisque ce dessert ne semble pas avoir été fait avec de la guimauve.  D’ailleurs c’est moins moelleux et moins sucrés que le carré Rice Krispies. Bon, l’avis de recherche d’informations à ce sujet est officiellement lancé! Il y a t’il une âme qui sache le nom officiel de ce carré mystère?

The Life of Oharu

Scène du film : The Life of Oharu (1952)

Scène du film : The Life of Oharu (1952) (Source)

En noir et blanc, The Life of Oharu raconte l’histoire de vie d’une prostituée japonaise au 17e siècle. C’est en priant devant une statue de Bouddha qu’Oharu revoit sa vie.  On la suit à travers son passé en vivant avec elle de grands moments de désespoir entrecoupés par de courts moments de bonheur et d’espoir. Cette dramaturgie de 1952 vient chercher notre âme féministe en mettant en évidence le rôle des femmes dans la culture japonaise de cette époque. Sans vous dévoiler tout le contenu du film, disons qu’Oharu a connu une vie remplie d’embûches.

Si vous êtes plus du type livre, ce film est l’adaptation cinématographique de The Life of an Amorous Woman, un livre de Ihara SaikakuD’ailleurs, vous aimerez bien l’histoire si vous avez aimé lire Geisha le bestseller d’Arthur Golden publié plus récemment en 1997. Les deux oeuvres étant fort documentées sur la situation de la femme et les traditions japonaises de l’époque.

 

Choses à faire et à voir dans le Chinatown de Montréal

Le Chinatown de Montréal à quelque chose d’unique, qui fait de ce quartier un coin de la ville fascinant. Il est bordé par la rue St-Dominique à l’est, la rue Jeanne-Mance à l’ouest, le boulevard René-Lévesque au nord et par l’autoroute Ville-Marie au sud (Merci à Wikipedia pour ces précisions!)

Méditation extérieure en plein mois de novembre sur la place Sun-Yet-Sen

Méditation extérieure en plein mois de novembre sur la place Sun-Yet-Sen

C’est vrai qu’on peut le traverser à pied en moins de dix minutes. Pourtant, malgré sa petite taille il regroupe à lui seul plein d’activités qui sortent de l’ordinaire! Si vous manqué d’inspirations voici 5 idées:

  1. Déguster une nouvelle saveur de bubble tea. Le bubble tea est une boisson à base de lait, de lait de soya ou de thé dans lequel on y rajoute des boules noires de tapioca. C’est assez sucré, et il en existe des centaines de variétés.  Allez-y gâté vous et essayé une nouvelle saveur!
  2. Prenez un risque et oser cuisiner une nouvelle recette asiatique en vous procurant les ingrédients dans une épicerie du quartier. Il vous faudra surement un décodeur, les produits sur les étagères ont rarement des étiquettes écrites en français.
  3. Se laisser tenter par des cheveux de dragon, une petite friandise fabriquée sur place dans un petit stand extérieur. Rien que sa fabrication est un spectacle!
  4. Faire les petites boutiques du boulevard Saint-Laurent, vous en trouverez pour tous le goûts en termes de produits asiatiques.
  5. S’amuser à faire le touriste et prendre des photos des monuments historiques et de l’architecture du quartier.  À ce titre, si vous avez manqué mon ticket précédent vous y trouverez quelques photos.

Un dernier petit conseil, la rue Gauchetière y est piétonne. Il est donc plus facile de s’y promener à pied qu’en voiture.

Amusez-vous bien!

PHOTORAMA # 1: Chinatown de Montréal

Arche (porte) Boulevard Saint-Laurent, Chinatown de Montréal.

Arche (porte) Boulevard Saint-Laurent, Chinatown de Montréal.

L'arche chinoise enjambant la rue Gauchetière

L’arche chinoise enjambant la rue Gauchetière

Épicerie typique du Chinatown de Montréal

Épicerie typique du Chinatown de Montréal

Méditation extérieure en plein mois de novembre sur la place Sun-Yet-Sen

Méditation extérieure en plein mois de novembre sur la place Sun-Yet-Sen

 Critique de film : The Grandmaster

"The Grandmaster" Affiche française Source

« The Grandmaster » Affiche française
Source

Moi qui ne connais rien ou presque aux arts martiaux, je me suis décidée à entrer en salle de cinéma pour la projection du film: The Grandmaster. (Un popcorn à la main, bien sûr!)

Il faut dire que la représentation que j’avais des films d’arts martiaux remonte aux films de Jackie Chan des années ’80 et ’90. J’ai beaucoup de respect pour cet acteur sachant qu’il assure lui-même ses combats et ses cascades, mais je n’ai jamais su apprécier sa filmographie. Trop de combats qui ne sont pas assez mis en valeur.

Dirigé par Wong Kar-wai, The Grandmaster m’a plutôt bien surprise.  Ce film captive, l’histoire est fascinante même si elle peut être parfois lourde d’informations pour les néophytes de mon espèce.  Le film porte un regard à la fois sur la Chine des années 1930 et la philosophie des arts martiaux à travers des yeux d’une légende du Kung Fu, IP Man.  Les critiques des internautes sont très disparates. Senscritique, un excellent site collaboratif de critiques culturelles donne au film une note globale de 6.2. Consultez la critique ICI. En résumé, le côté artistique du film est très apprécié tandis que les connaisseurs reprochent le manque de contenu.

Définitivement un film à découvrir! Attention, il donne envie d’en apprendre davantage sur le Kung Fu.

Saveurs et subtili-thé!

Saveurs et subtili-thé!

Les oeufs au thé noir sont traditionnellement préparés pour le nouvel an chinois. En Chine et à Honk Kong, ils sont vendus comme une collation dans les gares et les marchés.  Cette recette a été ma première tentative de cuisine chinoise. C’est également la plus facile des préparations culinaires asiatiques que j’ai rencontrées à ce jour. La liste exorbitante d’ingrédients de plusieurs recettes asiatiques est suffisante pour en décourager plus d’un!

La dose des ingrédients ci-dessous est le résultat de plusieurs expériences culinaires. Voici la plus savoureuse de ces expériences :

8 oeufs
1/2 tasse de sauce soya
3 clous de girofle
3 étoiles anisées
1 c. à thé de sucre brun
2 c. à soupe de thé noir
1 tasse d’eau

PRÉPARATION

Faire bouillir les oeufs dans l’eau pendant 15 à 20 minutes / Retirer du feu, drainer l’eau et refroidir  / Frapper les oeufs à l’aide du dos d’une cuillère en s’assurant qu’ils soient bien craqués! / Remettre délicatement les oeufs dans le chaudron / Ajouter la sauce soya, les épices, le thé et recouvrir d’eau les oeufs / Porter à ébullition / Réduire le feu au minimum et laissé mijoter le tout pendant 1 heure / Retirer du feu / Une fois bien refroidi, transférer les oeufs (toujours dans leurs coquilles) et le bouillon dans un plat pour le réfrigérateur.

Bien que cette recette soit savoureuse après 1 heure de cuisson, il est préférable de laisser mariner les oeufs dans leurs coquilles au réfrigérateur pendant 2 jours. Le résultat est surprenant autant visuellement que par le parfum délicat des épices qu’il s’en dégage.

Amusez-vous à découvrir les variantes en utilisant différentes saveurs de thé ou encore changeant le type de sauce soya et les épices selon vos goûts. Le plus difficile, c’est d’attendre 2 jours!!

À titre de comparaison, vous trouverez la recette qui m’a inspirée sur allrecipe

Ouverture du Blog

Bon voilà, je me lance officiellement dans la création de mon premier blog! La vocation de ce webzine consacré à la culture asiatique est de vous partager mes découvertes et mes coups de coeurs. Vos commentaires, appréciations et vos bons conseils sont les bienvenus! Bien sûr, étant toute nouvelle à ce que m’offre la culture asiatique, je suis aussi ouverte  à toute suggestions autour du thème!

Josiane

Navigation des articles

Polinacide

Citron corsé

Made in China !

Deux lorrains à Pékin

The Happsters

Spread Positive Vibes. Give Love. Be Happy.

Hey from Japan- or wherever the moving van arrives- Emily Cannell

Moving a Family When Everyone is Held Tightly in the Grips of Puberty or Menopause

Mabel Kwong

Asian Australian. Multiculturalism

lostnchina

...because not all of us have our Peking ducks in a row

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

%d blogueurs aiment ce contenu :